QUEL RÉGIME DE RETRAITE POUR LES PROFESSIONS LIBÉRALES ?
 Former les entreprises aux Risques ... - Indépendance et rigueur ...
RSS Nous retrouver Devenir Fan

Fourni par FeedBurner


Articles récents

Pensions de retraite
s’affilier à la Sécurité sociale
Investissements plaisir
les produits de la finance utile
PROTECTION HOMME CLÉ

Catégories

ART et PATRIMOINE
ASSURANCE VIE
Développement durable
DROIT et FISCALITE
FINANCE GLOBALE
IMMOBILIER PROFESSIONNEL
PHILANTHROPIE
PLACEMENTS
PRET
PREVOYANCE
PROMOTION
RETRAITE
Risques porfessionnels
Risques Professionnels
Risques Spéciaux
fourni par

Mon blog

QUEL RÉGIME DE RETRAITE POUR LES PROFESSIONS LIBÉRALES ?

Notaire, médecin, chirurgien-dentiste, agent d’assurances, expert comptables, géomètres… 
En tant que profession libérale, vous dépendez de l’une des dix caisses réservées aux professionnels. 
Mais votre régime « à points » a été quelque peu unifié.
  
Régime de base Depuis 2004, votre régime de base, piloté par la CNAVPL, s’appuie sur un système de points. 

Pour tous les professionnels, sauf pour les avocats qui dépendent d’un régime spécifique (CNBF), les cotisations sont dorénavant identiques, à revenu identique. Ces dernières sont proportionnelles aux revenus, eux-mêmes divisés en deux tranches. Une cotisation minimale est appelée sur un revenu correspondant à 200 heures de Smic pour valider un trimestre d’assurance. 

Des facilités vous seront accordées si vous vous trouvez en phase d’installation.  
Régime complémentaire toujours basée sur l’acquisition de points, votre retraite complémentaire, en revanche, varie suivant votre profession. 
Elle est prise en charge par dix caisses différentes.

Pour les professions médicales et paramédicales conventionnées, elle se complète en outre d’une allocation supplémentaire, dite « ASV » (avantage social vieillesse). 
Les professionnels ont également la possibilité de souscrire un contrat de retraite dit « Madelin », dont les cotisations sont déductibles du revenu imposable, dans certaines limites. 
Il est recommandé de tenir à jour vous-même le décompte de vos points de retraite.  

L’âge légal de la retraite (entre 60 et 62 ans) et celui du taux plein (avec le bon nombre de trimestres d’assurance) sont les mêmes que ceux des salariés classiques. 

La durée d’assurance nécessaire pour bénéficier d’une retraite au taux plein varie de 160 trimestres pour les personnes nées avant le 1er janvier 1949 à 166 trimestres pour les affiliés nés en 1955. 

Le montant de vos pensions se calcule en fonction du nombre de points acquis, de la valeur du point fixée par décret et du taux de liquidation, en fonction de votre durée d’assurance. 

Vous ne disposez pas de la durée requise ? 
Un coefficient de minoration de 1,25 % par trimestre manquant vous sera appliqué. 

À l’inverse, vous poursuivez votre activité ? 
Cela vous apporte un coefficient de prorogation égal à 0,75 % par trimestre cotisé supplémentaire. Tout en percevant sa retraite, le professionnel a en outre a possibilité d’exercer une activité libérale.  
En cas de décès pendant ou avant votre retraite, votre conjoint pourra bénéficier, sous certaines conditions, d’âge notamment, d’une part de votre retraite de base.  

En savoir plus : 
Sur info-retraite.fr, site commun aux 35 organismes de retraite obligatoire (réunis au sein d'un groupement d'intérêt public, le GIP Info Retraite), un tableau vous indique votre caisse spécifique en fonction de votre métier et vous y renvoie à l’aide d’un lien.

0 commentaires pour QUEL RÉGIME DE RETRAITE POUR LES PROFESSIONS LIBÉRALES ?:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment